Opinion de TIC sur la situation en Croatie des lanceurs d’alerte

Ni le public ni les institutions étatiques ne devraient présumer de l’implication d’une personne dans une affaire. Il appartient aux seules institutions habilitées à le déterminer, ce qui suppose une enquête sérieuse et un procès équitable. Le public peut, après avoir entendu l’ensemble des arguments, en tirer ses propres conclusions.


Les médias ont aujourd’hui un grand pouvoir, la manipulation de l’information est devenue actuellement l’une des armes les plus puissantes qu’il soit. Il peut même arriver qu’une campagne bien conduite mène à des protestations. Discréditée une personne à travers les medias est si simple. Ignorer ne peut causer autant de tort qu’une attaque médiatique. Pour ces raisons, les médias détiennent un grand pouvoir mais cela  implique nécessairement de grandes responsabilités –des rapports objectifs, ne pas donner une couverture médiatique démesurée a une simple rumeur. Nous avons un grand respect pour ces journalistes et ces médias qui ont conduit de longues enquêtes dans l’affaire Šegon and Lovrić Merzel et ont ainsi permis aux citoyens de se faire leur propre opinion sur le sujet. Le droit à une information fiable et sérieuse est l’un des éléments fondamentaux de toute démocratie. Nous espérons que le développement de ce droit et de cette culture de l’information contribueront à la création de nouvelles dispositions législatives par les politiques Croates.

L’article complet a ete publie par Zadarski liste, le 2 aout 2014.

Dokumenti

Newsletter prijava Faire un don