Soutien au projet de loi sur la protection des lanceurs d’alerte

TIC soutient le projet de loi sur la protection des Whistleblowers  (ou lanceurs d’alerte). TIC  a  rappelé sa position lors du Meeting du Conseil pour la Justice sociale organisé par la présidence.


«Si nous inculquons à nos enfants des valeurs et si nous  voulons que ces derniers les appliquent, nous devons être en mesure de protéger ces dernières. Nous ne devons pas laisser l’honnêteté devenir vide de sens face à des opportunités de carrière ou autre. Pour ces raisons une protection effective des lanceurs d’alerte est nécessaire.  Les whistleblowers sacrifient leur vie pour l’intérêt général. En dénonçant des faits de corruption, des crimes ou tout comportement illégal, ils sauvent la vie d’autres personnes et l’argent de ces dernières.  Cependant, en retour, ils sont virés, poursuivis en justice, insultés ou parfois même agressés physiquement. Leur histoire est terrible. Par la perte de leur travail ils tombent dans la pauvreté, l’isolement familial, la maladie et  la réunion de ces éléments conduit parfois au suicide. A cause de tout cela d’honnêtes personnes sont obligées de faire comme si elles n’avaient rien vu. Cette situation doit changer. Pour que la protection des whistleblowers soit efficace il faut des lois et des mécanismes de surveillance efficaces ». 


De nombreux Etats, dont la Croatie, doivent en raison des traités qu’ils ont ratifié prendre des mesures législatives pour permettre une protection efficace des whistleblowers. Ces lois doivent permettre la mise en place de canaux de transmission des dénonciations, une protection effective des personnes dénonçant les agissements illégaux et enfin permettre l’utilisation de ces informations pour entamer toute procédure.

Newsletter prijava Faire un don